Californie, la psychose des attentats poussée à l'extrême entraine le débarquement d'un étudiant californien

18/04/2016 18:54
Entre les récents attentats de Paris et Bruxelles et le traumatisme de l'effondrement des tours jumelles du 11 septembre, aux Etats-Unis tout est bon pour developper encore plus fort la psychose liée au terrorisme déclenchant parfois de fausses alertes, ce qui s'est en effet passé à l'aéroport de Los Angeles le 6 avril dernier .
 
Un étudiant californien se trouvant dans l'avion encore sur le tarmac de la compagnie texane à bas prix Southwest Airlines à destination d'Oakland a eu la désagréable surprise de se voir débarquer de l'avion parce qu'une passagère assise devant lui visiblement tombée dans la psychose du terrorisme l'a entendu parler au téléphone dans la langue arabe et n'a pas hésité une seconde à alerter le personnel d'équipage qui a décidé par la suite qu'il se serait plus prudent de le debarquer de l'avion le temps d'enquêter sur son identité.
 
Fausse alerte mais interrogé par le FBI 
 
L'étudiant d'origine irakienne parlait simplement à son oncle qui vit à Bagdad afin de lui raconter sa rencontre avec le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki Moon à t'il déclaré.
 
Pour en être définitivement sûre qu'il s'agit bel et bien d'une fausse alerte et prenant tous les avertissements aux sérieux, le FBI a tenu à l'interroger dans une pièce de l'aéroport de Los Angeles avant de le laisser finalement repartir librement afin de monter dans un autre avion. Cette mésaventure dont le malheureux étudiant se serait bien passé lui aura coûté 8h de retard sur son programme initial et une belle frayeur à l'idée de se faire arrêté.